Secteurs
Restauration
.
3
min

Comment limiter les nuisances sonores dans son établissement ?

Clélia
Clélia
9
October
2019
-
Mis à jour le
07
.
12
.
2020
Comment limiter les nuisances sonores dans son établissement ?

Quiconque a déjà travaillé dans un restaurant sait à quel point cet environnement peut être bruyant, que ce soit en salle ou, surtout, en cuisine.

Cette exposition permanente au bruit favorise logiquement le stress des collaborateurs, et crée des conditions de travail peu propices à l’épanouissement sur le long-terme de ses talents.

Au même titre que la lumière des espaces, il est donc important de prendre en compte ce facteur et faire en sorte d’équiper les espaces pour les isoler le plus possible !

Un impact direct sur la qualité de travail 😴

Le bruit des machines, des réfrigérateurs, des casseroles, des conversations : une cuisine est pleine de sons, formant un grand bruit ambiant.

Le problème, c’est que ce bruit crée un cercle vicieux duquel il est compliqué de sortir : le bruit atteint la mémoire à court terme et l’exposition à celui-ci durant la journée peut fortement perturber le sommeil. Un phénomène exacerbé par les horaires souvent compliquées, liées au travail en cuisine.

Des perturbations fatiguant logiquement le collaborateur, tant sur le court que sur le long terme. Au-delà de la fatigue physique et des effets auditifs (à savoir, les effets sur les organes de l’ouïe), c’est aussi un épuisement mental, pouvant créer des tensions entre collaborateurs et dans le pire des cas, avec les clients de l’établissement.

Selon l’étude Audika, 31% des personnes interrogées estiment que le bruit leur fait perdre leur concentration et 29% déclarent qu’il s’agit d’une « source importante de stress ».

Et évidemment, qui dit moins de concentration dit aussi moins d’efficacité et donc de productivité. Réduire le bruit au travail est un élément aussi important pour le bien-être de ses salariés que celui de l’activité de l’établissement.

Quelles mesures mettre en place ? 🎧

Le sujet des nuisances sonores est malheureusement souvent sous-considéré par les établissements. Et ce, malgré les plaintes des clients ! Les remarques des clients ou des salariés doivent être des alertes sur la nécessité de mettre en place des actions de protection.

La première étape est de mesurer les niveaux de bruit au sein de l’établissement, et d’identifier les postes et équipements bruyants. L’article R 232–8–1 du code du Travail définit d’ailleurs quatre obligations relative au contrôle de l’exposition au bruit : identifier les travailleurs exposés, définir un plan de mesurage, procéder à un échantillonnage représentatif et rendre disponible les résultats.

Cette mesure peut être réalisée par une entreprise extérieure spécialisée, ou en interne, à l’aide d’un sonomètre ou un audio dosimètre.

Plusieurs paliers existent pour définir les mesures nécessaires que l’employeur doit respecter pour protéger ses employés des nuisances sonores.

Ainsi, au-delà de 80dB, l’établissement doit impérativement fournir à ses salariés des protecteurs individuels contre le bruit. Passés les 85dB, l’employeur doit s’assurer que les protecteurs sont bien utilisés et que les salariés bénéficient d’une surveillance médicale renforcée.

Des solutions technologiques existent aujourd’hui, à l’image des écouteurs Tilde, permettant de s’adapter à chaque sensibilité en proposant un curseur permettant de réduire graduellement le bruit. Surtout, ils sont capables de filtrer les sons de façon à pouvoir entendre la voix de la personne qui vous parle en face, tout en réduisant le bruit environnant — une façon d’éviter l’isolement des salariés les plus exposés.

Si ces protections individuelles peuvent être des solutions efficaces, elles doivent néanmoins être considérées en derniers recours : il est primordial d’agir sur l’environnement avant d’agir sur les collaborateurs !

En ce sens, choisissez vos équipements en fonction du niveau de bruit qu’ils génèrent, pensez à isoler les postes de travail pouvant être bruyants et si cela ne suffit pas, considérez la possibilité de réaliser des travaux d’isolation acoustique de vos locaux.

Il existe ainsi de nombreuses solutions possibles pour réduire la réverbération de l’espace ou la propagation directe du bruit, en installant par exemple des plafonds acoustiques ou des cloisons absorbantes.

Pensez donc à contrôler le niveau de bruit de votre établissement et à mettre en place des actions correctives, ou vous risquez de ne plus pouvoir vous entendre avec vos collaborateurs !

Image for post

Articles similaires

Planifiez vos succès !

Un accès complet aux nouveautés de votre secteur !
🙌 Votre email a bien été enregistré
Oops! Something went wrong while submitting the form.